Quelques pages d’histoire

L’Association des personnes handicapées physiques et sensorielles secteur Joliette (APHPSSJ) est un organisme à but non lucratif fondé en 1977 voué à la promotion et à la défense des droits des personnes handicapées physiques et sensorielles. Sa grande mission : favoriser l’intégration sociale des personnes handicapées dans leur milieu!

Gens dans la piscine
Homme peinturant

L’Association a donc 40 ans … Et oui… 40 ans d’histoire, d’évolution, de travail acharné, de réalisations et d’anecdotes. Juste pour le plaisir, regardons quelques éléments.

Le saviez-vous que notre belle Association, au cours de son histoire, a même changé de nom trois fois ? Preuve indéniable qu’il s’agit d’un organisme constamment en évolution. Lors de la fondation le 22 août 1977, nous nous appelions « L’Association des Handicapés Physiques Joliette – L’Assomption. (AHPJA), car son territoire original couvrait jusque dans le sud de la région. Par la suite, lors de la répartition du territoire en 1980, nous sommes devenus « L’Association des personnes handicapées physiques de Joliette (APHPJ) et finalement, suite au colloque d’orientations de 1994, nous avons remodifié le nom pour le rendre plus significatif ; et c’est là que l’Association des personnes handicapées physiques et sensorielles secteur Joliette est apparue comme dénomination sociale.

Il y a eu de très grandes réalisations et de très grands dossiers. La création du Transport Adapté Joliette Métropolitain en 1982, avec le support du Club Lions, ainsi que son expansion en 1986 qui faisait passer de 3 municipalités desservies à 12. Ce premier transport adapté dans Lanaudière a été un modèle pour l’implantation des 6 autres services.

L’atelier de fauteuils roulants en novembre 1985, en collaboration avec le Club Bourguignons, permet toujours aux personnes handicapées physiques de faire réparer leur fauteuil dans leur région, sans être obligés de s’expatrier. Le dossier d’accessibilité universelle aux lieux physiques des édifices publics fut également très présent au cours de l’histoire de l’Association. De très nombreux gains ont été également réalisés à ce chapitre.

Gens dans un atelier de peinture
Femme qui peinture

Le maintien à domicile a toujours été au coeur des préoccupations de l’Association. Pensons rapidement à la grande offensive au Conseil d’administration du CRSSSLL (Conseil Régional de la Santé et des Services Sociaux Laurentides Lanaudière), de 1986 jusqu’à aujourd’hui, ou avec la venue du Chèque Emploi Service où les choses se compliquent un peu. Mais nous sommes toujours là…

C’est en 1994 que nous avons vu l’arrivée du premier groupe d’entraide à l’Association ; je parle du comité Jeunesse. Par la suite, il y a eu le comité Parkinson, le comité AVC, sans oublier évidemment le groupe TCC. C’était le début d’une aire nouvelle, qui se développera davantage dans un avenir quasi immédiat.

La gestion du programme de la Société d’assurance automobile du Québec pour les personnes atteintes d’un traumatisme crânien, en 1997, représente un virage important pour l’organisme, en plus de représenter des services concrets pour toutes les personnes atteintes de Lanaudière.

En 2007, l’Association met sur pied un projet pilote visant à améliorer la sécurité des personnes vulnérables en cas de sinistre. Comment? En constituant un registre d’information, qui, sur une base volontaire − protègent mieux les personnes ayant des limitations physiques ou sensorielles, une déficience intellectuelle ou un problème de santé mentale, en fournissant l’information nécessaire aux responsables des services d’urgence pour qu’ils adaptent leurs stratégies en cas d’incendie, d’inondation, de panne de courant, d’évacuation, etc.

Ce projet voit sa force dans la synergie qui a mobilisé les différents partenaires des milieux communautaire, municipal, de la santé et des services sociaux, que sont: l’Agence de la santé et des services sociaux de Lanaudière, le Centre de santé et de services sociaux du nord de Lanaudière, le Centre de réadaptation en déficience physique Le Bouclier, le Centre de réadaptation La Myriade (DI, santé mentale et TED) ainsi que les dix municipalités de la MRC Joliette (Joliette, Notre-Dame-des-Prairies, Saint-Charles-Borromée, Crabtree, Saint-Paul, Saint-Thomas, Sainte-Mélanie, Saint-Ambroise, Notre-Dame-de-Lourdes et Village Saint-Pierre). Bravo pour cette belle réussite commune, dans l’espoir de voir se répandre de telles initiatives partout ailleurs dans la région!